Résidence principale ou immobilier locatif?

Posté le 25 septembre 2011

Mon premier souci en rentrant en France a été d’acquérir ma résidence principale. Mais la somme que je pouvais emprunter compte tenu de mon salaire ne me permettait pas de trouver l’habitation idéale.

Il faut dire que je cherchais une maison individuelle avec jardin et pas trop mal placée à Clermont-Ferrand. Mais à Clermont comme partout ailleurs, les prix ont sérieusement augmentés ces dernières années. En clair, j’avais raté le coche de l’immobilier!

Et puis un jour je suis rentré dans une agence qui m’a proposé un appartement. Un appartement? Mais non! Je cherche une maison individuelle! L’agent me convainc de jeter un oeil parcequ’il s’agirait d’une opportunité à saisir!

Je visite donc l’appartement en question. Il s’agit d’un bien à rénover. Belle vue sur Clermont, dans un quartier proche des facultés et des écoles et de lignes de Tramway. Pas du tout ce que je cherche… sauf que…

Sauf que je commence a me dire, que bien des étudiants seraient preneur d’un logement si proche des facultés du centre-ville. C’est décidé, je fais une offre; Et tant qu’à faire, j’ajoute deux autres appartements en vente dans le même immeuble. Ceci me permet de négocier un meilleur tarif. A 1400 € du mètre carré alors que la moyenne Clermontoise est a 1700 €, même s’il y a quelques travaux a prévoir, j’espère un taux de rentabilité très confortable. Exit l’idée de résience principale!

Le reste de l’immeuble est acquis par des propriétaires occupants qui se lancent dans de grands travaux de rénovations des appartements. Avantage pour moi: je sais que l’immeuble sera bien tenu.

Personnellement, j’opte pour le minimum de travaux (réfection de l’électricité et quelques travaux de plomberie). Dans les deux mois suivant l’acquisition, les trois appartements sont loués à un tarif qui couvre presque la totalité des mensualités de mon prêt. Bingo!

Au final, cet investissement me « coûte » environ 200€ par mois. Mais d’ici cinq à dix ans, j’espère bien pouvoir réaliser une plus-value si le coût de l’immobilier continue de progresser.

Moralité: élargissez votre champs de vision! Si ce qu’on vous propose n’est pas exactement ce que vous recherchez, mais qu’il y a un potentiel, voyez si vous ne pouvez pas l’utiliser autrement!

S.B.

Retourner aux articles